Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 18:50

soinspalliatifs_article.jpg

 

LE LIVRE

 

 

 

" Alors, PĂšre Denis, que devenez-vous ? " C'est une phrase que l'on entend souvent dans les rues de Strasbourg ou dans les couloirs de Hautepierre, l'hĂŽpital dans lequel le pĂšre Ledogar s'investit depuis 1979, d'abord en tant qu'infirmier anesthĂ©siste puis en tant qu'aumĂŽnier. Quand on oeuvre avec les soignants auprĂšs des malades et des mourants, que devient-on aprĂšs vingt-cinq ans de service ? Contre vents et marĂ©es, le pĂšre Ledogar reste fidĂšle Ă  sa vocation d'humanitaire au coeur tendre. Mais coeur tendre ne veut pas dire miĂšvre et, dans ce livre, il n'hĂ©site pas Ă  tĂ©moigner de ce qui fait mal : la douleur engendrĂ©e par la maladie et la mort, l'avenir des jeunes, le futur de l'Eglise face aux Ă©volutions de la sociĂ©tĂ©. Il Ă©voque Ă©galement son engagement Ă  Lourdes auprĂšs des malades ; " la ruche ", la communautĂ© chrĂ©tienne nĂ©e au coeur de l'hĂŽpital. Et surtout sa vie de prĂȘtre. Celle dont il ne regrette rien, prĂȘt Ă  signer Ă  nouveau des deux mains.
L'AUTEUR
Denis Ledogar est prĂȘtre, religieux assomptionniste, infirmier anesthĂ©siste et aumĂŽnier de l'hĂŽpital de Hautepierre Ă  Strasbourg. Celui qui fut surnommĂ© le " PĂšre la Tendresse " est notamment l'auteur, aux Presses de la Renaissance, du best-seller La Tendresse pour tout bagage, de Au chevet des malades et de Seul l'amour fracasse les tombeaux.
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 20:04









Repost 0
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 15:59






Je   vous prĂ©sente , Cathy , mon amie ; ça ne fait pas trĂšs longtemps qu'on se connait et pourtant on se connait BIEN ...Nous partageons plein de choses ensemble et c'est grace Ă  nos toutous que nous nous sommes rencontrĂ©es ;
Je sais que nous pouvons compter l'une sur l'autre .....



"Le temps des tempĂȘtes arrive
Avant qu’on l’ait prĂ©dit
Amours impossibles
DĂ©faites, ironie
Quand tout s’abĂźme, quand mĂȘme nos rĂȘves fuient
Il ne reste qu’une üle, un port, un parti
On n’est riche que de ses amis
C’est dit

C’est dit

Mais quand tout s’allume
Quand tout enfin nous sourit
Gloire, fĂȘte, symphonie
Bravo, bijoux, frénésie
Quand on me saoule d’imposture ou d’amnĂ©sie
Honneur et fortune
Qu’en sais-je aujourd’hui ?
Je ne suis riche que de mes amis
C’est dit"



Repost 0